Johnny H.

6 avril 2011 at 08:20 (Ce matin, j'ai tué une idole (parodies défouloirs))

Les portes du service gériatrie
Bientôt vont se fermer
Et c’est là que je finirai ma vie
Comm’d’autres gars l’ont finie
Pour moi la chirurgie, j’ai donné
Hernie, cancer du colon
Il est grand temps d’abandonner
Mes fans, je vous fais trop pleurer
Les spotlights, c’est plus de mon âge
Même la nuit, je peux plus tricher
Trop de coutures sur mon visage
Demain, je dégage.

O mères, écoutez-moi
Ne laissez jamais vos filles
Se marier avec des crooners tout décrépis
Ce sera pire que le pénitencier
Toi Laetitia, qui as pris perpet’
Je t’ai trop fait pleurer
Les larmes de honte que tu as versées
Je dois te libérer
Les portes du service gériatrie
Bientôt vont se fermer
Et c’est là que je finirai ma vie
Comm’d’autres gars l’ont finie.

Permalien Laisser un commentaire

Claude F.

6 avril 2011 at 08:14 (Ce matin, j'ai tué une idole (parodies défouloirs))

Parfois, le matin au réveil, il arrive que les paroles de « Comme d’habitude » envahissent ma cervelle bien malgré moi. C’est à cause du premier couplet. Moi aussi, j’ai de temps en temps besoin qu’on me bouscule pour que je me lève.

Mais en fait, elle m’énerve, cette chanson. Je la déteste même ! Cette mélopée lancinante, déprimante, qui me rappelle tellement la médiocrité de la journée qui m’attend ; la voix chevrotante de Cloclo…

P’taiiin, celui-là aussi, qu’est-ce que je ne peux plus le supporter ! Il a clamsé quand je suis née et pourtant, j’ai été élevée avec lui !!! Trente ans qu’on nous rabâche sans cesse son répertoire ! RAS-LE-BOL DE T’ENTENDRE, LE MACCHABÉE ! RAS-LE-BOL ! T’AS COMPRIS !?!

Non, je sens que tu ne vas pas renoncer… Je devine cette petite lueur sadique dans ton regard fantomatique. Alors, tu sais quoi ? Je vais te crever encore une fois ! A ma façon. Oh, je ne me fais pas d’illusion, je sais bien que tu reviendras tout de même me (nous) hanter pendant quelques décennies supplémentaires. Mais en attendant, ça m’aura soulagé les nerfs…

Spéciale dédicace pour toi donc, mon Cloclo d’amour…

Je me lève
Et je te bouscule,
Tu ne te réveilles pas
Comme d’habitude.

Je tire les draps,
Je te bouscule encore un peu plus,
Puis le coup de pied au cul,
Comme d’habitude

Ma main
Caresse tes cheveux
Quelques tartes dans la gueule,
Comme d’habitude

Mais toi
Tu me tournes toujours le dos
Comme d’habitude

Alors,
Je m’acharne encore,
Tape de plus en plus fort
Comme d’habitude

Et toi
T’es devenu un vrai tournedos
Ah ben non, ça c’est pas
Comme d’habitude…

Refrain :

Il faisait « Zip » quand il roulait
« Bap » quand il tournait
« Brrr » quand on le secouait
Le sac poubelle où j’ai caché tes restes
Je crois qu’on ne le trouvera jamais…

PS : Je sais, je me suis pas trop cassée la nénette pour les rimes ou pour respecter le rythme de la chanson mais c’est juste une parodie défouloir…

Permalien 2 commentaires