Laide…

24 mai 2013 at 14:04 (Amours de femmes)

Laide, je suis devenue laide.

Non, ce n’est pas tout à fait exact.

Tu m’as rendue laide.

Ce n’est pas le temps maussade qui a altéré l’éclat de mon teint. Ce n’est pas la vie qui m’a volé mon sourire. Ce ne sont pas les années qui ont creusé ces sillons aux coins de mes yeux. Non, c’est toi. Et toutes les larmes que tu m’as fait pleurer.

Je me regarde dans le miroir et je ne me reconnais plus. Pourtant, je n’ai pas vraiment changé. C’est juste que dans mes yeux, il n’y a plus… cette petite lueur. Cette étincelle de joie, d’optimisme. Désormais, mon regard est vide.

Je détourne la tête, honteuse. Je ne me supporte plus. Mais comment as-tu pu me transformer à ce point ? Par quel sortilège ?

Autrefois, j’ai été heureuse avec toi. Mais cette époque n’a pas duré bien longtemps.

Hier soir, je t’ai longuement observé alors que tu étais endormi devant la télé. Tellement avachi dans le canapé qu’on aurait dit un pantin démembré. Ta panse proéminente dans ta chemise tachée aux boutons sur le point de craquer, tes bras trop gras affalés le long de ton corps, tes jambes écartées vulgairement, ta tête renversée, ta bouche, ouverte, d’où s’échappaient des grognement sporadiques… Et dire que je t’ai aimé ! Cela me paraît tellement incompréhensible à présent.

Ce soir-là, tu étais à ma portée. Cela aurait pu être si simple. Je t’aurais proposé un verre de bière, que tu aurais bien sûr accepté. Dans celui-ci, j’aurais ajouté subrepticement quelques cachets. Et une fois assoupi, j’aurais recouvert ton visage d’un oreiller. Puis, j’aurais appuyé, fort.

Mais je n’ai pas encore ce courage-là. Pour le moment, je me contente de cracher dans ton assiette. Je crache tout le dégoût que tu m’inspires.

Voilà combien je suis devenue laide.

En fait, je crois que ce soir, c’est moi qui vais prendre quelques cachets. Pour une fois, j’ai envie de bien dormir. Et peut-être même de ne plus me réveiller…

Permalien Laisser un commentaire