Le message…

12 septembre 2012 at 13:44 (Amours de femmes)

Le tintement de son gsm se fit entendre. Elle leva les yeux du miroir avec un air dubitatif et se saisit de l’appareil qui se trouvait sur la commode pour lire le message qu’elle venait de recevoir. « Quel est encore l’enquiquineur… ? », grommela-t-elle intérieurement.

Son cœur s’arrêta. Ce numéro… Elle l’avait effacé de son répertoire depuis longtemps mais elle le reconnaîtrait toujours entre mille. Trois mots seulement : « Comment vas-tu ?».

Un juron lui échappa : « L’enfoiré !»

Ce texto, elle se doutait qu’elle le recevrait un jour. Au début, elle l’avait attendu, espéré même. Et puis, avec le temps, elle avait fini par ne plus y penser.

Des dizaines de fois, elle s’était posé la question : comment réagirait-elle s’il la recontactait ? L’enverrait-elle au diable en lui disant ses quatre vérités ? Devrait-elle lui répondre ? En aurait-elle même l’envie ? Elle avait tant souffert quand il l’avait laissée…

Mais de l’eau avait coulé sous les ponts depuis la fin de leur histoire. La plaie avait cicatrisé. Et puis, à quoi bon entretenir de la rancœur ?

Elle se mit à pianoter sur les touches de son téléphone. Ça allait bien, merci. Elle avait fini par obtenir sa promotion. Elle espérait que tout se passait bien pour lui aussi. A une prochaine, bisou. Elle se relut : simple, bref, amical sans être trop affectif, un message qui ne demandait pas non plus de réponse, afin de lui faire ressentir subtilement un certain détachement… Par-fait ! Elle appuya sur « envoyer ».

Nouveau tintement de son gsm. Il n’avait pas tardé ! Il était heureux d’apprendre qu’elle allait bien, rien de neuf dans sa vie à lui, malheureusement.

En effet. Sa nouvelle relation ne semblait pas le rendre plus gai et plus optimiste. Elle ne put s’empêcher de ressentir une pointe de satisfaction en faisant ce constat.

Gentiment, elle lui répondit, essayant de trouver quelques mots pour le réconforter. Et leur échange s’emballa. Ils se retrouvèrent. Il y avait toujours la même complicité entre eux, comme si rien ne les avait jamais séparés.

« Il faudra que tu m’invites à boire un café, à l’occasion », finit-il par lui écrire.

– Ce soir ?

– Malheureusement, je suis prise ce soir. Demain ?

– Oh ! Non, demain, ce ne sera pas possible pour moi.

– Ok. Fais-moi signe quand tu as envie de passer.

– D’accord. Je t’embrasse.

– Moi aussi, bisous…

Le tintement de son gsm retentit encore. Un autre numéro, cette fois : « Alors, ma jolie, tu es prête ? »

« Oui. Je termine de me maquiller et je te rejoins… »

Permalien 4 commentaires