Catharsis

21 juin 2012 at 19:24 (Amours de femmes, Liberty, libertine...)

Ces lèvres inconnues qui se posent sur les siennes… Des lèvres épaisses et sèches. Cette langue, pointue, qui se fourre goulument dans sa bouche, qui la fouille, la bouscule, la brusque…

Elle a envie de le repousser mais elle se ravise. C’est son destin, elle le sait bien.

Alors, elle s’abandonne.

Les mains vigoureuses qui avaient saisi son visage descendent à présent le long de son corps. Il la découvre, palpe avidement sa féminité. Ses paumes saisissent  ses seins, ses fesses. Dans la fougue de son étreinte, il la soulève, l’attire vers lui et lui avale la bouche de plus belle.

Nausée…

Elle se reprend. Il ne faut pas résister : c’est un passage obligé.

Elle s’allonge sur le lit et le laisse venir à elle, écarte les cuisses docilement pour mieux l’accueillir. Il l’écrase, lui coupe le souffle.

Il glisse les doigts le long de sa fente. Elle est humide. Elle est prête. Alors, il se redresse, empoigne sa queue et s’enfonce en elle.

Elle se crispe et se cambre sous les coups de reins. Des gémissements s’échappent de sa gorge. Parfois des râles. Parfois des cris.

Elle est bonne, il prend un pied de dingue. Il la bourre, encore et encore, remonte ses jambes pour la pénétrer aussi profondément qu’il le peut. Enfin, il finit par jouir dans un spasme.

Il s’est détaché d’elle, elle est allongée à côté de lui. Elle lui tourne le dos. Il lui demande si elle a aimé, elle acquiesce dans un murmure affirmatif. Il ne voit pas les larmes qui coulent sur le drap.

Voilà, c’est fait. Elle a couché avec un autre. Elle n’en avait pas envie. Elle savait que ce ne serait pas pareil, qu’il n’y aurait plus cette magie. Mais c’était une étape de plus vers la guérison, vers l’oubli. L’oubli de Lui…

Permalien 3 commentaires